Jacques Testart, éminent biologiste, est un des pères scientifiques du premier bébé éprouvette en France. Souhaitant prendre ses distances par rapport aux politiques de recherche se basant sur une recherche constante de productivité sans égards pour les réalités de la société, il se tourne vers la recherche médicale.

Dans cet article, il partage ses réflexions et son expérience scientifique sur les dérives potentielles ou avérées de l’évolution des techniques liées à la procréation.

De la procréation assistée à un nouvel eugénisme

Interrogé par le magazine Uzbek&Rica, il défend ses positions contre la gestation pour autrui et la sélection des embryons. Il nous explique le fossé énorme entre l’actuelle utilisation de la génétique pour éliminer le pire (diagnostique pré-natal effectué sur un seul foetus in utero) et la future potentielle prise en charge en vue de sélectionner les meilleurs (diagnostique préimplantatoire permettant de détecter la présence d’anomalies génétiques dans les embryons alors qu’ils sont hors du corps). 

Le transhumanisme n’est qu’un eugénisme relooké